Lou Botherel : « La pollution des mers m’a vraiment interpellée »

  • Keep In Touch
  • Le 7 octobre 2019
Actuellement en 3e année à Audencia SciencesCom, Lou Botherel vient de terminer son stage de Master 1 chez Surfrider Foundation Europe, l’ONG devenue la référence dans le combat pour la protection de l’océan et de ses usagers.

Comment avez-vous trouvé ce stage ? L’avez-vous choisi par conviction ?
Lou Botherel : À vrai dire, je cherchais quelque chose autour du sport, un secteur qui me plait depuis longtemps. Mais je voulais aussi trouver un stage qui avait du sens pour moi, et si possible dans la protection de l’environnement. J’ai trouvé cette offre sur LinkedIn et j’ai foncé. Surfrider était la combinaison idéale ! Certes, ce n’est pas une association sportive, mais le sport est dans son ADN. Elle a été créée en 1990 par des surfeurs qui ont constaté par eux-mêmes, dans leur activité sportive, la dégradation des mers. Ils ont décidé de se lancer dans le combat pour la protection de l’océan et de ses usagers. Surfrider Foundation Europe compte une quarantaine de salariés répartis sur sept sites et 46 antennes qui regroupent environ 2000 bénévoles dans onze pays européens. Et Surfrider est également présent dans de nombreux autres pays dans le monde !

À quand remonte votre sensibilité à l’environnement ?
Lou Botherel : Je suis née et j’ai grandi en Bretagne, près de la côte. L’océan, ce n’est pas anodin pour moi. Mais je crois que l’élément déclencheur remonte à des vacances en Espagne il y a quelques années. J’étais sur la côte méditerranéenne, à la plage. J’y allais pour me détendre mais je n’ai pas pu me détacher de la vision de ces centaines de déchets pris dans la laisse de mer. Je me suis vue les ramasser pendant des heures ! Ça m’a vraiment interpelé. Savez-vous que 80 % des déchets proviennent de l’intérieur des terres ? Cela concerne tout le monde, même lorsqu’on habite en ville loin de la mer !

Comment s’est passé votre stage à Surfrider Foundation Europe ?
Lou Botherel : Basée à Biarritz, au siège de la fondation, j’étais assistante relations presse et communication. Je participais à l’élaboration des stratégies de communication de l’ONG, à l’organisation d’événements, à la rédaction des communiqués de presse… Ce qui m’a plu, c’est que Surfrider organise certes de nombreuses animations de ramassage des ordures sur les plages, mais va plus loin en tentant de faire évoluer la prise de conscience de l’impact humain sur la vie aquatique, notamment via le fléau du plastique. Surfrider fait rimer action avec prévention.
 
En savoir plus sur ...
Dans la même catégorie
Autres actualités

OFFRE DE SERVICES RESEAU