Alexis Melka, hybride au naturel

  • Keep In Touch
  • Le 1 juin 2021
« Tout ne se joue pas sur le choix d’une option, prévient Alexis Melka (GE 10) sans préambule. Il faut le dire avec force aux étudiants pour dédramatiser les premières décisions d’un parcours qui connaîtra certainement des méandres. Les majeures, les options, les stages ont leur importance mais ils ne sont qu’une étape d’un processus d’apprentissage continu. L’envie de se frotter à d’autres connaissances, environnements ou expertises est une source incroyable de développement des compétences de chacun. Donc d’une performance individuelle décuplée. »

L’enfance d’Alexis ballotée entre la Zambie, les Pays-Bas, la France et les États-Unis lui a forgé un tempérament d’explorateur hors des sentiers tracés. Plus tard, il enchaîne Bac S, Khâgne B/L et Audencia pour se spécialiser en marketing stratégique avec le Groupe Seb, avant de rejoindre l’aventure entrepreneuriale Apollo Plus, spécialiste de l’intelligence artificielle appliquée à la prévision de la demande.
« Notre idée, c’était de réconcilier des personnes et des univers qui ne se parlent pas et ne se comprennent pas pour améliorer la performance collective. Réunir la vision financière d’un DAF, produit ou service des équipes marketing, et opérationnelle des gens du terrain, pour concevoir, déployer et piloter des algorithmes intégrant toutes ces dimensions à la fois et observer une situation à 360°. C’est cette synthèse qui aide les dirigeants à augmenter les revenus de l’entreprise. »
Avec les années et l’expérience, Alexis s’est transformé en caméléon évoluant parmi les CEO, les DSI et les opérationnels, au nom de la mission autant que par sensibilité personnelle. Sa capacité à dépasser les frontières entre les silos le place comme un pivot nécessaire à la compréhension globale et objective d’une question. Et la demande d’experts interdisciplinaires ne cesse de croitre, jusqu’à ce qu’un jour « les hybrides soient partout, intégrés directement dans les organisations, pour améliorer la transversalité et doper la performance collective. »
Cela pose la question de la formation de tels collaborateurs. « Je ne suis pas un hybride académique avec un double-diplôme ingénieur-manager par exemple. Mais quand il a fallu aller au contact, j’y suis allé avec envie et humilité. Aujourd’hui, je lis du code alors que je n’ai jamais appris à l’école et je pilote des missions de chercheurs en mathématiques au CNRS. J’écoute, je lis, je pose des questions, je m’intéresse. J’apprends beaucoup par mimétisme mû par l’envie de désintermédier l’accès et l’usage des données. Parfois, je me retrouve dans la position de l’expert, du sachant ou du technicien, sans le diplôme qui va avec. Mais je crois que la connaissance se crée par sérendipité, une soif de nouveaux apprentissages nourrie par un mélange d’humilité et d’audace : il reste tant de choses à découvrir, aucune ne m’est interdite. Apprendre est un processus sans fin. »
👉 Le sujet de l'hybridation des compétences vous intéresse ?
Rendez-vous dans 2 jours pour en savoir plus... 😉
En savoir plus sur ...
Dans la même catégorie
Autres actualités